Guerre du Pacifique

Le front du Pacifique durant la seconde guerre mondiale, la reconstitution et l'uniformologie.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Guerre Japon-Chine

Aller en bas 
AuteurMessage
Janmary
ittohei
avatar

Nombre de messages : 13
Age : 76
Localisation : Joué-lès-Tours (37)
Date d'inscription : 08/10/2008

MessageSujet: Guerre Japon-Chine    Ven 24 Avr - 18:20

Bonjour,

J'aimerai apporter une petite contribution historique, d’une part à une expression vue sur le forum (il y a un certain temps) concernant la guerre entre Chine et Japon entre 1937 et 1945 et une vue d’ensemble de ce conflit avec un additif à l’Indochine et à la Corée.

« De plus ils ont très mal digéré (les Chinois) qu'une armée d'à peine 1 million de Japonais ait conquis 1 milliard de chinois. »

Cette assertion est inexacte et fausse de surcroit car à cette époque, il n'y avait pas 1 milliard de chinois mais de l'ordre de 400 millions et la Chine n'à pas été conquise par le Japon et loin s'en faut

Il faudrait un gros ouvrage pour décrire ce conflit qui dura  huit années entre l’incident du pont Marco Polo le 7 juillet 1937 et fin de la guerre, le 15 aout 1945 ou la reddition sans condition du Japon fut signé en rade de Tokyo sur le cuirassé  américain « Missouri » en présence des délégations Américaine, Britannique, Chinoise, Soviétique et Française (général Leclerc).

Mon but est de rappeler la notion de la guérilla utilisé intensivement par les forces Chinoises avec – à l’appui – des renvois sur Wikipédia pour complémenter les informations utiles.

http://fr.wikipedia....ise_(1937-1945)

Les troupes Japonaises avaient conquis le Nord, le Nord Est et les villes côtières mais tenaient avec difficultés l'intérieur du pays malgré une férocité que l'on à rarement vue dans l'histoire sauf médiéval : voir le sac de Nankin (des documents sont désormais accessible sur Internet) ou l'extermination de la population fut totale : viols, meurtres d'enfants, assassinat des prisonniers à la mitrailleuse ou à la baïonnette !

En fait, le théâtre d'opération Chinois fut le tombeau de l'armée Impériale Japonaise et ceci pour plusieurs raisons,

1° - L'immensité du territoire et la violence des troupes Nippones fit que les forces Chinoise du Général Tchang Kai-Chek aidés par 2 hommes d'exceptions – le général américain Claire Lee Chenault et  le général Allemand Alexander Von Falkenhausen, ainsi également  que le général  Américain Joseph Stilwell – par la suite – fut nommé  commandant les forces US en Chine et chef d’Etat-major du  généralissime Chinois Tchang Kai-Chek allaient contenir l'invasion et se battre vraiment.

2° - Les pertes de la population civiles chinoise furent estimées entre 11 millions et 17 millions de personnes suivant que l'on prenne en compte ou pas la guerre interne entre les forces nationalistes et communiste. Les pertes de l'armée chinoise furent de 3 200 000 soldats sur 5 600 000 militaires engagés dans le conflit,

Les pertes Japonaises furent de 1 100 000 soldats sur ce territoire alors que l'ensemble des pertes japonaise sur tous les fronts fut de 1 220 000 soldats : on voit que ce ne fut pas une petite guerre d'autant plus que les Japonais réalisent des expérimentations médicales importantes réalisé par l'unité 731 de Shiro Ishii crée dès 1935 !

D’où le ressentiment très fort de la Chine contre le Japon, qui fut et qui est le seul pays de l'Axe à ne pas s'être excusé pour ce quasi génocide,

On peut comprendre le problème du Yukikaze (restauration de ce croiseur par les Japonais à la fureur de la Chine) dans ces conditions même si cela est regrettable !


En ce qui concerne l'unité 731, qui se livrèrent à de exactions sur des prisonniers pour expérimenter les armes bactériologiques, le meilleur que j'ai trouvé, c'est le livre :

 La guerre bactériologique

De Peter Williams et David Wallace

Chez PLON 1990, traduit de "The Japonaise Arm's secret of secrets" de 1989

3° - Donc les forces chinoises se replièrent dans la région sud prés du Tibet, à savoir le Yunnan avec pour capitale Chunking.

L'armée chinoise fut entrainée par deux hommes remarquables.

4 ° - Le premier fut le général Allemand Alexander Von Falkenhausen (29/1/1878 à 31/07/1966) qui fut conseillé de Tchang Kai Shek de 1930 à 1937,

Lors de la retraite de l'armée chinoise vers le Yunnan, ce général introduisit les méthodes de guérilla – qui furent utilisées également, par la suite, en Corée (1950-1953) et en Indochine (1945-1954) - qui valurent des pertes très sévères aux forces Japonaises à tel point que le gouvernement Japonais exigea son rappel en Allemagne ce qui fut fait,

Le coté étonnant, c’est l’emploi de la guérilla, non pas en petites unités ou commandos, mais à l’échelon division (de l’ordre de 10.000 hommes) qu’il escamotait pour mieux les faire resurgir là ou les Japonais pensaient que ces unités avaient été détruites. Plus grande fureur des Nippons qui se vengeaient sur la population.

(Il devint gouverneur de Belgique pendant l'occupation Allemande de ce pays, se passionna pour une Belge et termina sa carrière dans les prisons de la Gestapo puis Américaine comme criminel de guerre pour fait d'atrocités contre des partisans Belge),

http://fr.wikipedia....on_Falkenhausen

5° - Enfin, le deuxième fut le général Claire Lee Chennault qui organisa la défense aérienne de la Chine avec les célèbres Tigres Volants (AGV) puis 14° Air Force et qui fut ravitaillé par le pont aérien de l'Himalaya, dit aussi "la bosse" et dont les appareils se posaient le plus souvent à Kumming dans le Yunnan.

Ces formations obtinrent des palmarès remarquables en nombre de victoires aériennes et en nombre de bombardements des convois maritime Japonais entre la Chine et le Japon,

http://fr.wikipedia....e_Lee_Chennault

Une note Française. Lors de la construction du « petit chemin de fer » entre Hanoï (et le port d’Haiphong) au Tonkin (Nord de l’Indochine) et Kumming situé sur les hauts plateaux Chinois, créé pour que la population Française de Hanoï se refugie pendant  la période de la mousson, chaude et très humide sur Kumming d’une part, et d’autre part de commercialiser avec la Chine (conventions Franco-chinoise de 1885), la plupart des ingénieurs de la ligne étaient Basques. Long de 855 km, construit en largeur de voie métrique (1 mètre), construit de 1904 à 1910 dans des conditions épouvantables. Le voyage, de plusieurs jours, sous haute protection dû à l’insécurité n’était pas de tout repos. A Kumming, utilisé par les Américains, de 1942 à 1945, ces derniers furent étonnés de voir des maisons de style Basque et des gens avec le béret et...la baguette de pain ! Ce chemin de fer fut utilisé par les Japonais pendant la guerre et partiellement détruit entre le conflit Chine-Vietnam après le départ des Américains.

http://fr.wikipedia....ne_et_du_Yunnan

Un ouvrage remarquable :

Les chemins de fer de la France d’Outre-mer

L’Indochine – Le Yunnan

Par Frédéric Hulot

La Régordane – éditions

Cet éditeur n’existe plus, malheureusement.

6° -  Le général Joseph Stilwell – quand il fut nommé  commandant les forces US en Chine et chef d’Etat-major du  généralissime Chinois Tchang Kai-Chek -. entraina sur place des divisions Chinoises qui intervinrent en Birmanie (par le nord descendant de la Chine) pour rouvrir la célèbre route de Birmanie, utilisée par les Japonais, afin de soulager le pont aérien d’une part, et d’autre part de ravitailler la Chine par cette route. Mission réussie avec les divisions Chinoises et les « Marauders »  du général  américain Merill  (unité US équivalent d’un régiment) qui accompagnaient ces deux divisions Chinoises dans le dos des Japonais avec l’appui Britannique des Chindits du général Wingate opérant sur les arrières Nippons et ravitaillés par l’aviation, ce qui surpris le commandement Japonais.

Général Stilwell

http://fr.wikipedia....Joseph_Stilwell

Les Marauders de Merill

http://fr.wikipedia....ill's_Marauders

Général Wingate

http://fr.wikipedia....Charles_Wingate

Les Chindits

http://fr.wikipedia.org/wiki/Chindits

7° - Les massacres des populations Chinoises et des militaires furent impressionnants en intensité et durant la durée de la guerre. Celui de Nankin est resté dans les mémoires par le fait que les concessions Européenne présentes dans la ville prêtèrent assistance (dans la mesure du possible) aux populations et filmèrent les scènes en les rapportant aux médias du monde entier.

Assez curieusement, ce fut un Allemand, l'homme d'affaires allemand John Rabe qui est choisi comme chef du comité créé par le « Comité international de la zone de sécurité de Nan », en partie à cause de son appartenance au parti nazi  et de l'existence du pacte anti-Komintern entre le Japon et l'Allemagne qui fit beaucoup en ce domaine et qui est resté dans les mémoires internationales par son implication et le nombre de vies sauvée. Il fut rappelé en Allemagne et n’eut pas droit a un entretien avec Hitler.

LE MASSACRE DE NANKIN OU les horreurs de la guerre en 1937

http://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Nankin

http://www.dinosoria.com/nankin.htm

http://www.herodote....nt-19371213.php

Voilà donc, de façon sommaire, ce qui est historique et confirmé par les archives et témoignages des anciens combattants (Américains, Britanniques, Hollandais et Français d’ Indochine),

J'ai en effet rencontré aux USA,  le fils d'un pilote des Tigres Volants (Larry M. Pistole) et en France, à Bordeaux – j’étais jeune mais c’était l’époque de Diên Biên Phû -  le soldat Cron, témoignage à venir sur les soldats Japonais.

8° - Larry M. Pistole, fils d’un pilote de chasse engagé en Chine au titre des « Tigres Volants » à écrit un ouvrage remarquable que je conseille :

The Pictotral History of the Flying Tigers

Moss Publication

Orange, Virginia

Dans les années 80, cet ouvrage pouvait être commandé par la librairie Brentanos à Paris.

 9° - J'ai habité Bordeaux ou jeune, mes parents ont connu un certain viticulteur, ancien soldat, appelé Cron,

Un complément des combats en Indochine qui sont connexes à ceux de la Chine dont l’histoire du soldat Cron qui fut relaté, plus tard, dans la série =

La guerre d’Indochine

Une série d’Henri de Turenne

Au trésor du Patrimoine en deux DVD

Je crois que c'est là que j'ai commencé à m'intéresser au conflit dans le Sud-Est asiatique et Pacifique.

Le soldat Cron était en garnison à Langson, au Tonkin, en Indochine pendant la seconde guerre mondiale qui était sous "occupation Japonaise" ou plutôt en cohabitation suite à l'accord Franco-japonais de l'Amiral Decoux suivant les instructions du Maréchal Pétain pour que l’Indochine reste hors conflit.

Le 9 mars 1945 eut lieu le célèbre coup de force Japonais qui attaquent, désarment et exécutent les prisonniers français des garnisons et citadelles.

Au Tonkin, le général Alessandri qui sentait venir l'affaire avait pris ses précautions et partit vers le Yunnan chinois pendant de nombreuses semaines de marche avec au départ presque    3 000 hommes.

Ces forces furent d'ailleurs mise de coté par les américains du général H.Stilwell, chef d'état major de Tchang Kai-Chek pour raison de colonialisme ! On vit la suite au Vietnam !

Langson tient devant l'assaut Japonais plusieurs jours. A la capitulation, les officiers Japonais saluèrent les officiers Français puis le carnage commença !

Les femmes des militaires furent violées par des bataillons entiers et succombèrent ainsi sous les yeux de leurs époux enterrés jusqu'au cou.

Ils furent d'ailleurs décapités par des engins à lames dans cette position !

Les autres furent décapités au sabre dont le soldat Cron qui au moment de l'exécution se laissa tomber dans la fosse sur ses camarades alors que le sabre entailla mais ne coupa pas la tête. Il ne bougea pas alors que dans la fosse, les soldats Japonais s'entrainaient ou terminaient l'exécution à l'arme blanche de ceux qui bougeaient encore.

Des heures plus tard, il réussit à sortir avec la tête contre la poitrine et marcha ainsi pendant des semaines aidés par la population locale.

La blessure sur le cou était impressionnante à voir !

C'est fait assez extraordinaire !

On retrouva les corps de ces charniers en 1947 quand le Général Leclerc repris possession des lieux.

Il y à un dossier complet sur ces fait au Fort de Vincennes, lieu des archives de l'Armée Française.

Ainsi combattirent la plupart des unités Japonaise.

J'ignore ce que sont devenues ces sépultures.

Le général Bigeard à négocié avec les autorités vietnamienne pour les morts de Diên Biên Phû et ainsi que ceux de la guerre d'Indochine en général mais je crois que les tombes de Langson furent abandonnés lors de l'évacuation Française de 1950 des postes frontière.

10° - Concernant la guerre souterraine - utilisée de façon intensive en Corée par les combattants Nord-Coréens et Chinois – voir l’ouvrage et le site remarquable et d'excellence =

LA GUERRE SOUTERRAINE, sous terre, on se bat aussi, Edition Perrin 2011

Par Jérôme et Laurent Triolet,

Edition Perrin 2011

http://www.mondesouterrain.fr/

Sur les souterrains et cavités naturelles ou creusés par l'homme ayant servis à la guerre souterraine pour la protection des populations, des récoltes et à l'organisation militaires depuis le Moyen Age en Cappadoce, en France (guerres médiévales, Nord de la France, la guerre des mines, la Grande Guerre, etc.), les tunnels du Viet-cong, la guerre des grottes en Algérie (méconnue), la guerre technologique et souterraine en haute montagne en Afghanistan, et des tunnels de contournement du blocus au Liban et Palestine aujourd'hui

Manque la guerre de Corée (1950-1953) dont les montagnes sont inaccessible parce qu'en Corée du Nord et encore activées.

Rappel de ce type de guerre avec la Corée (1950-1953). Apres l’offensive de Nord-Coréens en 1950, puis la contre-offensive américaine avec le débarquement sur les arrières de ces derniers, à Inchon, puis l’offensive Chinoise et la contre-offensive des forces de l’ONU, l’armée Chinoise et Nord-Coréenne appliquèrent les préceptes de la guerre souterraine.

Les offensives alliées se poursuivirent, seulement là, problème ! Les Chinois et Nord-Coréens s’étaient enterrés ! Dans le sol et dans la montagne à plus de 60 mètres de profondeurs avec des cavernes pour des trains de ravitaillement.

Impossible de prendre seulement une de ces montagnes !

Obus de 406 (une tonne) des cuirassés de la Marine (le célèbre Missouri sur lequel avait été signée la capitulation Japonaise), bombe de 250, 500 et 1000 kg, napalm à profusion.
Rien n’y fit. Les offensives se soldaient par des milliers de morts sans rien apporter.

Les noms de ces montagnes sont connus = La crête sanglante, le hachoir à viande, etc.
La situation se figea et c’est à la mort de Staline –  en 1953 - que l’armistice fut rapidement signé !

§ - LA GUERRE DE COREE

Par Robert Leckie (Ancien Marine de la 1° Division de Marines du Pacifique et de Corée).
Robert Laffont 1963
Ecrivain et Journaliste d’investigation.

Aujourd’hui, le livre et les mémoires de Robert Leckie  font l’objet d’une série (Band of Brothers) « L’enfer du Pacifique » sous le titre original de « The Pacific » chez Warner DVD Club.com et qui vient de repasser à la télévision.

§ - Lire également les ouvrages de Robert Guillain dont =

Orient Extrême

Chez Le Seuil 1986

Ou l’auteur, journaliste, fit le voyage du Transsibérien en 1937, couvrit la guerre Chino-Japonaise à Shangaï en 1937-1938, se trouva bloqué au Japon pendant toute la seconde guerre mondiale, objet d’un livre remarquable (« La guerre au Japon », chez Stock 1979, et réédité sous le titre  « J’ai vu bruler Tokyo », chez Arléa 1990), La Corée 1951-1953,  Diên Biên Phû 1954, etc.

Il écrivit, concernant la Corée « La grande surprise pour les alliés à été de découvrir le fabuleux réseau des fortifications souterraines de l’adversaire [...].En surface la  tranchée est peu profonde, mais on y découvre un puits étroit, on y descend et on se trouve dans un « métro » avec galeries interminables, salles souterraines, logements,  soutes à munitions ou à réserves, garages de camions ou même de locomotives, silo pour pièces d’artillerie »...

Le tout, sous la montagne  et les ponts sous la surface de l’eau comme au Vietnam par la suite.

En conclusion,  il ne faut pas confondre les forces Japonaises de la WWII et le Japon d'aujourd’hui même si le gouvernent Japonais refuse les excuses à toutes les puissances engagées dans ce conflit,

En tant que salarié et cadre dans un groupe américain, j'ai travaillé avec des firmes Nippones et tous les gens rencontrés étaient des plus aimables avec un sens de l’étiquette dans leurs éducations, peut être parce ceinture noire d’Aïki Do, j'avais une petite idée sur la façon de voir les choses de leur point de vue ?

En effet, reconnaitre les exactions, c'est perdre la face pour un asiatique ! C'est impensable dans leurs traditions bien que lesdites traditions aient été mise un peu à mal par l'occupation du Japon par les américains ! C’est l’un des gros problèmes actuels des relations Chine-Japon.

Voilà donc, de façon sommaire, ce qui est historique et confirmé par les archives et témoignages des anciens combattants (Américains, Britanniques, Hollandais et Français d’ Indochine), Chacun des événements présentés peut faire l’objet d’un complément et d’un développement plus précis.

Janmary
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Guerre Japon-Chine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un chant de guerre pour la CATA (version 2.0)
» où commander des leurre au japon
» guerre mondial et industriel...
» leurres du japon
» Un roman de guerre avec de belles pages de pêche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guerre du Pacifique :: Général :: Histoire-
Sauter vers: